le magazine
  n° 81  -  janvier 2015
Accueil > Le magazine nº 81 > Longueur d'avance - ISSN 1955-2742
  • Increase
  • Decrease
  • Normal

Current Size: 100%

Soutenir les réseaux électriques intelligents

81longueur.jpg

Les réseaux électriques intelligents sont une condition au développement des EnR et à leur insertion harmonieuse dans le réseau.

Prometteurs, les réseaux électriques intelligents (smart grids) font l’objet d’un nouveau programme de financement. Aux côtés d’une vingtaine d’agences européennes, l’ADEME soutient cette initiative.

01
ENCOURAGER LE DÉVELOPPEMENT DES SMART GRIDS
Intitulé ERA-Net SmartGrids Plus, ce projet européen s’inscrit dans le cadre du fonds de recherche et d’innovation H2020. « Prévu pour durer cinq ans, ERA-Net SmartGrids Plus est financé par la Commission européenne et les agences régionales ou nationales, comme l’ADEME, issues de vingt pays de l’Union, explique Marion Bertholon, ingénieur Réseaux électriques intelligents à l’Agence. Il vise notamment à renforcer la coopération des pays européens en la matière et à construire une filière européenne à part entière. »

02
UNE ENVELOPPE DE 45 MILLIONS D’EUROS
Au total, ERA-Net SmartGrids Plus bénéficie d’un budget de l’ordre de 40 millions d’euros, qui permettra d’accompagner quinze à vingt projets. « L’ADEME participera à hauteur de 10 millions d’euros, dont trois de subventions. L’Agence prendra également part à la sélection nationale des projets. À cette occasion, elle pourra échanger avec leurs porteurs afin, le cas échéant, de les aider à affiner leur proposition pour accroître leurs chances de bénéficier de ce soutien financier. »

03
CONSTRUIRE UNE VISION EUROPÉENNE
L’Agence s’intéresse de longue date à la question des réseaux électriques intelligents. Elle a initié quatre appels à manifestations d’intérêt sur le sujet et financé 16 projets de démonstrateurs avec les Investissements d’Avenir ; un cinquième appel étant par ailleurs en cours. « De nombreuses questions restent encore à approfondir. La dimension européenne des projets sera particulièrement utile aux industriels français dans leurs choix de solutions », constate Marion Bertholon. Les porteurs de projet français ont jusqu’au 8 avril 2015* pour envoyer à l’ADEME leur première ébauche et proposer un consortium solide, dans lequel figurera au moins un partenaire issu d’un autre pays européen. Dans l’idéal, les projets devront à la fois proposer une solution technologique innovante, un modèle d’affaires pertinent et veiller à ce que la solution proposée soit acceptable pour le public qui en bénéficiera ou les mettra en œuvre. /

* L’appel à projets ouvrira en janvier 2015 et sera clos en juin 2015.