le magazine
  n° 80  -  novembre 2014
Accueil > Le magazine nº 80 > Longueur d'avance - ISSN 1955-2742
  • Increase
  • Decrease
  • Normal

Current Size: 100%

Micr’home pour interstices urbains

80largeur.jpg

Un habitat compact de 27 mètres carrés sur trois étages, réalisable dans tout interstice urbain.

Pour fêter ses dix ans d’existence, le concours Génération Développement Durable a décerné le premier prix à Micr’home, projet qui propose de créer des triplex dans les interstices urbains.

01
REPENSER L’AVENIR
Organisé par le magazine La Recherche, l’ADEME et Bouygues Immobilier, le concours Génération Développement Durable (CGDD) récompense des initiatives d’étudiants qui repensent l’usage des biens de consommation, économisent l’énergie ou réduisent les émissions de gaz à effet de serre. Quatre projets ont été distingués lors de cette dixième édition. Le Prix Spécial 10 ans a été décerné à « L’eau dans tous ses états », qui entend sensibiliser le public aux enjeux mondiaux de l’eau. Les projets Gaspi’potes (qui lutte contre le gaspillage alimentaire et la précarité des étudiants) et Cyclamen (qui imagine une micro-ferme urbaine-restaurant) se partagent le deuxième prix. 

02
EXPLOITER LES INTERSTICES DE LA VILLE
Le premier prix revient quant à lui au projet Micr’home. Son ambition ? Exploiter les interstices urbains que l’on peut repérer entre deux bâtiments et en faire des lieux de vie à part entière. Porté par Myrtille Drouet, fraîchement diplômée de l’École de Design Nantes Atlantique, Micr’home propose une alternative aussi innovante que réaliste à la problématique de la densification urbaine : « Réparti sur trois niveaux, cet habitat offre une surface habitable de 27 m2. Très compact, il répond toutefois à l’ensemble des besoins essentiels de ses habitants, à savoir : boire, manger, dormir, se protéger. »

03
IMAGINER DES SOLUTIONS TECHNIQUES ADAPTÉES
Myrtille Drouet a pensé à tout. Économiquement viable, ce micro habitat reposerait sur un système porteur simple et peu impactant pour les bâtiments voisins. Il utiliserait des murs en pin peu épais et isolants, et des meubles multi-usage pourraient l’équiper. L’accompagnement de Bouygues Immobilier dont bénéficiera l’architecte d’intérieur nantaise pendant un an lui permettra peut-être de concrétiser ce projet, qui répond à une vraie problématique urbaine et peut être réalisé dans toute ville présentant des interstices. /